Résidence

Résidence

En visite à l’immeuble Garban,

Nérondes. Cher.

Résidence sur la CDC pays de Nérondes accompagnée par les mille univers 2011<2013

Le projet

En visite en pays de Nérondes a débuté par une rencontre. Laurence Bernard et Pauline Sauveur ont découvert une maison qui allait disparaître, qui devait être vidée puis démolie pour donner lieu à la construction d’un bâtiment public, l’annexe de la mairie de Nérondes. Le projet de Laurence Bernard et Pauline Sauveur part de cette maison qui va disparaître, et avec elle, une époque, son histoire, ses histoires, ses couleurs, les cris et chuchotements qui ont pu s’y échanger au cœur de la commune. La visite de cette maison par les artistes a permis de révéler les qualités plastiques et sensibles de ce lieu, la puissance de l’histoire qui l’a traversée. C’est donc à partir du moment de la démolition de ce bâtiment, et jusqu’à l’inauguration du nouveau bâtiment public qui prendra sa suite, une aventure culturelle, sous la forme d’une résidence artistique avec deux artistes au cœur de Nérondes et de la communauté de communes qui fut proposée.

Résidence d’artiste
Une résidence d’artistes, de manière générale, est un temps donné à des écrivains, des plasticiens, des danseurs, des musiciens… pour vivre dans une commune, une région, pour créer, bien entendu, mais aussi pour partager leur travail avec la population (rencontres, expositions, lectures, spectacles, ateliers…). C’est un moment précieux pour tout citoyen, la possibilité de rencontrer un artiste et d’échanger avec lui, de partager un peu de son art et de replacer les artistes au sein de la population.

L’immeuble Garban lorsque nous l’avons découvert, 2011 ;
huiles sur papier.50 x 70 cm

De ce lieu, une œuvre a commencé à naître. Il s’agit de l’immeuble Garban, à Nérondes, qui, de vieille bâtisse désaffectée, est devenue un lieu public, l’annexe de la mairie de Nérondes. Il s’agit d’une belle maison, qui fut office notarial et qui, pleine de « rabicoins », recèle de papiers peints du XIXe siècle et d’une ambiance qui jongle avec les enfilades de portes, ouvrant des perspectives sans fin. Cette maison devient, par le regard des artistes, un personnage, comme un bon esprit de la ville. Cette maison fut celle de notaires successifs ; tous les actes imaginables liant les contrats de la vie quotidienne du pays s’y sont noués. On y venait à pied, à cheval, en calèche, au centre du bourg de la commune de Nérondes. L’architecture, l’emplacement, l’ouverture sur un grand jardin sont évocateurs. Les artistes ont été conquises. Et comme la maison devait être démolie, la trace artistique a gardé la plus belle place. Les artistes ont pu intégrer dans leur œuvre, comme source d’inspiration et comme « déclencheur » artistique, les traces, les croquis, les notes, les photographies, les empreintes, les éléments glanés, les lambeaux de vieux papiers peints étonnants.

La durée :

début du projet : courant 2011

fin du projet : décembre 2013

Le lieu : La communauté de communes de Nérondes dans le Cher réunit les habitants des communes de : Bengy-sur-Craon, Blet, Charly, Chassy, Cornusse, Croisy, Flavigny, Ignol, Mornay-Berry, Nérondes, Ourouër-les-Bourdelins et Tendron.
“Autour du chantier » Une exposition permanente, autour du chantier et dans les communes de la CDC, s’est étendue dans les espaces d’exposition donnés dans les maisons en tubes d’acier, chaque mois jusqu’à inauguration du nouveau bâtiment »


Frédéric Terrier – Extrait dossier de presse – 2013-

Publications

« En visite en pays de Nérondes a débuté par une rencontre. Laurence Bernard et Pauline Sauveur ont découvert une maison qui allait disparaître, qui devait être vidée puis démolie pour donner lieu à la construction d’un bâtiment public, l’annexe de la mairie de Nérondes. Le projet de Laurence Bernard et Pauline Sauveur part de cette maison qui va disparaître, et avec elle, une époque, son histoire, ses histoires, ses couleurs, les cris et chuchotements qui ont pu s’y échanger au cœur de la commune. La visite de cette maison par les artistes a permis de révéler les qualités plastiques et sensibles de ce lieu, la puissance de l’histoire qui l’a traversée. C’est donc à partir du moment de la démolition de ce bâtiment, et jusqu’à l’inauguration du nouveau bâtiment public qui prendra sa suite, une aventure culturelle, sous la forme d’une résidence artistique avec deux artistes au cœur de Nérondes et de la communauté de communes qui fut proposée. » Frédéric Terrier

Deux livres sont nés de cette aventure « Le salon aux cerises » & « On attend » édités par les mille univers.

Le salon aux cerises 

On pourrait commencer par un inventaire… 19 clefs, 9 verres de chimie, 1 bouilloire, 2 râpes, 1 couteau, 1 fourchette, 6 cafetières… Et puis, il y a la lumière, les enfilades de pièces, les fantômes probables, les objets épars et les archives notariales abandonnées.

16x24cm, 48 pages couleurs couverture cartonnée sur papier bouffant 150 g, relié à la main.

Vingt exemplaires de tête, numérotés de I à XX. Novembre 2013.

17,90 euros

On attend

On va grandir, on va partir, on va vieillir… on attend on attend l’heure, on attend ce qui va venir, on attend quelqu’un, on attend de voir au long de sa vie, partout, souvent…

16x24cm, 16 pages couleurs, couverture cartonnée sur papier bouffant 150 g, relié à la main.

Vingt exemplaires de tête, numérotés de I à XX. Novembre 2013.

13,90 euros