Portrait

Portrait

Tout mon travail unit le visuel et le tactile.

Je travaille autour des corps et plus particulièrement la posture du corps représentative d’un sentiment, d’une émotion. La présence des corps perçus dans leur espace englobant, la peau, le vêtement, la zone de vie, les lieux de l’intimité. Je pose la question de la mémoire et du lien familial à travers la matière et à travers les lieux. Partir du quotidien d’un lieu, d’un objet, d’une attitude, d’un rien… et approfondir, détourner ces images, jouer avec les échelle et les techniques. Je suis curieuse, je questionne les gens et les espaces, je me questionne.

 Rendre compte de la perception des corps à travers diverses matières (textile, papier, cire ) et diverses techniques (peinture, dessin, broderie, cyanotype, gravure, monotype, collage) est une de mes recherches permanentes.

 Quelle(s) trace(s) les corps laissent dans leur environnement ? Comment cette trace touche la mémoire et les émotions ?  J’ai besoin que le public entre dans mon travail, s’en empare et s’en imprègne, se permette de toucher et pourquoi pas d’en jouer. Je parcours la relation entre le visuel et le tactile, alors le spectateur devient acteur, il perçoit l’image autrement ; peut être va-t-il fermer les yeux pour mieux regarder ?


« Le travail de Laurence Bernard repose sur une indéfinition. J’aurais pu écrire de la même façon que son travail repose sur une définition — du genre, de la féminité, d’une identité recherchée —, cela ne vient pas en contradiction. Car ce qui se produit devant les pièces de l’artiste participe à la fois de la construction de soi et de la déconstruction de quelque chose qui est à la fois l’artiste et un(e) autre. Comme dans le poème de Verlaine : « Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même / Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend. » (On reviendra sur l’amour et la compréhension.)

Mêlant les techniques, superposant les strates, l’artiste palimpseste les vies dont elle se nourrit, y incluant la sienne propre. Autoportraits multiples de l’enfance à l’âge adulte, elle imprègne sa Fé-mi-ni-té de textes intimes et répétitifs comme les traits en pointillés qui soulignent les formes et appellent au découpage — rouge vif en taches indélébiles (« Va-t’en, damnée tache ! Va-t’en, je te dis », Macbeth, Acte V Scène 1) qui évoque tout à la fois la sang des menstrues et le vernis à ongles des dortoirs de jeunes filles, un pensionnat-abattoir où les rôles sont préétablis. Ciseaux et fil rouge sous-tendent, tissent et achèvent une existence qu’elle masque des deux mains, dissimulant son visage-Parques ici pour le rechercher là, derrière ces crânes d’animaux (ses plus récents travaux) qui suintent le bois, la vie perdue (coupée ?) et la campagne qu’elle habite. »

Laurent Herrou


Venez  !

Ensemble nous conviendrons d’une journée de travail dans mon atelier de 10h à 17h ou, si vous ne pouvez vous déplacer, chez vous. Pendant ces quelques heures je peindrai environ une douzaine de croquis à l’huile grand formats sur papier. Le soir vous repartirez avec tous les dessins de cette séance de poses.


Cours et stage

Pour celles et ceux qui sont intéressés je propose aussi des cours et stages de dessins, en groupe ou individuel pour préparer un dossier pour l’entrée en école d’art, d’approfondir une technique, de découvrir l’art textile, de développer un projet artistique.

A bientôt !